Chronique Hearthstone versus Shadowverse
Par cyril / October 4, 2017 / Pas de commentaires

Shadowverse vs Hearthstone – Le meilleur CCG

Aujourd’hui c’est décidé : pas de baston ! Même les plus grands guerriers ont besoin d’un peu de repos et je vais me contenter d’aller jouer aux cartes avec les pochtrons de la taverne. Par contre s’ils trichent, je les… bref, pas de violence !

On va parler de jeux de cartes et plus particulièrement de Jeux de Cartes à Collectionner en Ligne (ou CCGO). Et dans la catégorie, il y a un géant tout droit sorti du studio Blizzard : Hearthstone ! Mais ce géant serait-il un colosse aux pieds d’argile (J’adore Renaud, et alors ?!) ? Car ces derniers temps, on ne parle que de la possible relève venue du pays sur Soleil levant : Shadowverse ! Toi qui aime les jeux de cartes, toi qui a certainement claqué ton argent de poche pour des cartes Magic, Yu-Gi-Oh, Pokémon ou que sais-je encore… aujourd’hui, tu vas découvrir qui de Hearthstone ou Shadowverse est le meilleur TCG actuel !

Le meilleur gameplay ?

Commençons cette petite confrontation par l’essentiel : le gameplay ! Quel est le but d’Hearthstone et Shadowverse ? Quelles sont les similarités et différences ?

Tout d’abord, les deux jeux ont une base commune : vous incarnez un héros représentant une classe. Votre personnage a un nombre de points de vie initial (30 pour Hearthstone et 20 pour Shadowverse) et votre objectif sera tout simplement de réduire à 0 les points de vie de votre adversaire. Pour ce faire, il vous faudra constituer un deck comprenant un nombre bien précis de cartes (30 chez Hearthstone et 40 pour Shadowverse). Le choix des cartes (créatures, sorts, armes, amulettes) mais aussi de votre classe sont essentiels puisqu’ils définissent les capacités de votre deck. Comme dans tous les CCG, on retrouve des styles de jeux agressifs visant à se concentrer sur les points de vie ennemis aussi vite que possible alors que d’autres decks préfèrent temporiser en détruisant constamment les menaces ennemies. Les possibilités sont extrêmement nombreuses !

Il est maintenant temps d’aborder les différences entre nos deux concurrents en commençant par Hearthstone. Hormis les différences de points de vie ou de taille du deck exposées précédemment, c’est surtout les capacités des classes qui vont nous intéresser ici. Hearthstone permet au joueur d’utiliser son héros pour interagir avec le jeu : tu peux notamment utiliser ton pouvoir héroïque une fois par tour en consommant deux manas. Il est également possible d’attaquer avec son héros grâce à une carte d’arme ce qui permet généralement de tuer un monstre ennemi pour peu de ressource en l’échange de quelques points de vie.

Hearthstone arme rogue

Shadowverse ne permet pas cette interaction entre le héros et le tableau de jeu. Néanmoins, une mécanique (commune à toutes les classes) peut venir changer le cours des parties : l’évolution. Chaque joueur a droit à 2 ou 3 évolutions durant la partie, suivant s’il a joué en premier ou en second. L’évolution peut être utilisée sur n’importe quelle créature et l’améliore, augmentant ses caractéristiques, lui permettant d’attaquer immédiatement un monstre adverse (s’il venait d’être posé sur le terrain), mais aussi parfois de débloquer des capacités spéciales. De plus, le système de Shadowverse est plus spécialisé que celui d’Hearthstone : chaque héros a un style de jeu très marqué.

Si Blizzard a toujours dit d’Hearthstone qu’il est “facile à jouer, difficile à maîtriser”, Shadowverse fait l’exploit de créer un gameplay très profond et complexe tout en restant accessible et compréhensible. En bref, Shadowverse sera sans doute plus plaisant pour les habitués des CCG, dans pour autant être compliqué pour un débutant. Shadowverse remporte le premier point !

La beauté extérieure, ça compte aussi !

Un bon jeu c’est bien, mais un bon jeu agréable visuellement et avec une interface ergonomique, c’est mieux ! Hearthstone comme Shadowverse sont des jeux pensés pour être joués en ligne, sur ordinateur, tablette ou smartphone. les règles s’adaptent donc parfaitement à ces supports contrairement à un Magic Duels par exemple qui n’avait pas sû toucher un large public par son gameplay difficile d’accès.

Shadowverse adopte un style manga très prononcé. Beaucoup d’animations lorsque l’on joue une carte, qu’elle attaque, etc. Tu pourras notamment admirer de nombreuses jeunes demoiselles fort dévêtue… je laisse à ton jugement le soin de déterminer s’il s’agit d’un point fort ou non ! Les adeptes de cette esthétique nippone s’y retrouveront sans doute, mais pour ma part, je trouve l’écran trop chargé visuellement avec beaucoup d’effets “cheap” dont on se passerait bien !

Aperçu plateau Shadowverse

Hearthstone de son côté est un exemple d’ergonomie. Du menu principal au déroulement des parties, tout est simple et limpide et n’importe qui est capable de  prendre en main l’interface en quelques minutes seulement. Côté design, Blizzard a choisi la simplicité. Seules les cartes légendaires profitent d’effets grandioses lorsqu’elles entrent en jeu. Les effets des sorts et des attaques sont basiques mais largement suffisant pour habiller l’action. Enfin, chaque carte a ses lignes de dialogues inspirées et remarquablement bien interprétées en anglais comme en français. Pour les passionnés de l’univers Warcraft, retrouver toutes ces créatures que vous connaissez bien sera un véritable plaisir.

Hearthstone est incontestablement un exemple en termes de réussite graphique : allier beau et simple est possible et cela donne à Hearthstone l’ascendant sur cette seconde manche !

Parlons peu, parlons pognon

Bienvenue dans les monde des Free-to-Play, une appellation qui veut tout dire… et rien dire à la fois ! Le jeu gratuit avec boutique intégrée a fait son petit bout de chemin et est le modèle économique parfait pour un jeu de carte en ligne : on joue gratuitement et on paye pour s’acheter des paquets de cartes supplémentaires.

Afin de conserver un attrait pour les joueurs ne souhaitant pas investir d’argent dans le jeu (en espérant les faire changer d’avis évidemment), Hearthstone comme Shadowverse sont assez généreux avec les nouveaux joueurs. Lors de tes premiers pas en jeu, tu débloqueras de nombreux paquets de cartes qui te permettront de créer un début de collection. Malheureusement, si tu comptes atteindre les plus hauts paliers de parties classées, il faudra énormément jouer sur une longue période ou passer par la case boutique.

Sur Hearthstone comme sur Shadowverse, un joueur peut espérer se créer un deck compétitif relativement rapidement sans débourser d’argent. Pour quelqu’un qui souhaite jouer plusieurs decks avec plusieurs classes… il faudra s’armer de beaucoup de patience ou d’une carte bancaire !

Il est bien difficile de départager nos deux concurrents sur ce point puisqu’ils fonctionnent globalement de la même manière avec des tarifs relativement similaires. Accessible pour commencer, onéreux pour espérer jouer de nombreux decks : telle pourrait être la devise des CCGO.

Un paragraphe sauvage apparaît : l’aléatoire !

Nous n’allions tout de même pas finir cette chronique sur une égalité. Et toi, joueur de Hearthstone, tu dois sans doute connaître l’issu de la partie simplement en lisant le titre de ce paragraphe. L’aléatoire aussi appelé RNG (pour Random Number Generator) est inhérente à tout jeu de carte : du moment que l’on pioche des cartes parmi un deck, la composante aléatoire est de mise.

Mais si Hearthstone est parfois moqué et même appelé RNGstone, ce n’est pas pour rien. La composante aléatoire est partout dans le jeu : la pioche, les effets de nombreux sorts et créatures et même le pouvoir héroïque d’une classe. Il s’agit d’un choix assumé par Blizzard qui extention après extension ne semble pas vouloir s’écarte de cette voie. Néanmoins, il n’y a pas de raison de cracher sans raison sur cette fameuse RNG. Celle-ci n’est pas exempte de qualité puisqu’elle permet d’ajouter une large dose de fun (mais aussi de frustration) au jeu, mais aussi  de créer des retournements de situation inattendus. Dans un jeu de carte comprenant très peu d’effets aléatoires, un bon joueur avec un bon deck serait imbattable pour un joueur occasionnel. Dans Hearthstone, la part d’aléatoire permet de réduire les écarts de niveau.

Yogg Saron Hearthstone

Shadowverse s’est grandement différencié d’Hearthstone en éliminant autant que possible l’aspect aléatoire du jeu. Si l’on oublie la pioche,on y retrouve très peu de RNG au plus grand plaisir des joueurs compétitifs. La connaissance du jeu et la bonne prise de décision est donc largement mieux récompensé dans Shadowverse puisqu’un effet aléatoire ne pourra pas venir ruiner toute une stratégie.

Un peu d’aléatoire ne fait pas de mal… mais Hearthstone a selon beaucoup de joueurs franchi la limite à ne pas dépasser. Quoi de plus frustrant que de perdre avec la sensation d’avoir mieux joué car l’adversaire a eu beaucoup de chance à plusieurs reprises pendant la partie ? C’était une question rhétorique, attends pas que je donne une réponse ! En tout cas, ce dernier point revient à Shadowverse !

Tableau des scores – Le meilleur CCG est…

Shadowverse ! Mais rendons à César ce qui est à César, Hearthstone a de nombreuses qualités. À vrai dire, Hearthstone est arrivé sur le marché à une époque où aucun jeu de carte n’avait massivement conquis le marché des jeux en ligne. Il ne faisait nul dout que le titre allait attirer de nombreux joueurs de TCG… et tout a fonctionné à merveille !

Avec sa démarche de grande accessibilité, Hearthstone a ratissé large en attirant de très nombreux joueurs (puisque Hearthstone est encore de loin le CCGO le plus joué au monde) bien au delà de la communauté des joueurs de cartes.

Et c’est là qu’intervient Shadowverse qui comme Gwent, Krosmaga ou Hex pour ne citer qu’eux, débarquent sur un marché encore récent. Si Hearthstone connaît un énorme succès chez les joueurs amateurs, la scène professionnelle critique largement l’omniprésence de l’aléatoire. C’est pourquoi plusieurs jeux se sont engoufrés dans la brèche pour proposer des jeux certes moins accessible mais nettement plus complexes. Toute cette partie de la communauté à la recherche d’un jeu plus “skillé” a donc pu migrer vers cette nouvelle génération de CCGO.

En résumé, Hearthstone est extrêmement accessible et fun. Les mécaniques sont faciles à comprendre et l’aléatoire vient s’ajouter à la compréhension du jeu pour créer des situations surprenantes à chaque partie. De l’autre côté, Shadowverse est plus agréable pour un joueur confirmé cherchant une expérience de jeu plus complexe et plus technique.

Des questions ? Non ? Tant mieux car j’ai déjà bien trop parlé ! On se retrouve très vite sur Gamezine pour comparer deux nouveaux jeux !

Partager l'article

Articles

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *